les grandes questions

Forum de réflexion philosophique et de débat inter-religieux


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

trois branches du Bouddhisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 trois branches du Bouddhisme le Jeu 7 Mar - 14:54

On divise traditionnellement le Bouddhisme en trois "yana" : Vajrayana, Mahayana et Hinayana. Je trouve cette classification inapproprié, d'une part parce que la vision des yanas change d'une tradition à une autre, et d'autre part parce qu'elle conduit à des aberrations (tel ranger le Shingon, profondément japonnais, avec les écoles tibétaines plutôt qu'avec celle du Japon).
Il est aussi possible de les diviser en fonction de leur Vinaya (règle monastique) / Nikaya (communauté d'origine) : Mulasarvastivada, Dharmaguptaka et Theravada. Mais il s'agit là de distinctions très érudites.

Je préfère personnellement diviser le bouddhisme culturellement et géographiquement. Ces classifications sont plus ou moins superposable, mais elles ont toutes des connotations différentes, d'où mon choix.

Voici donc une présentation synthétique des trois courants du Bouddhisme :


Tradition cinghalaise

Répartition géographique : Sri-Lanka et Asie du Sud-Est (Thaïlande, Birmanie, Cambodge, Laos, sud du Vietnam)

École(s) : Theravada

Nikaya/Vinaya : Theravada

Véhicule/Yana revendiqué : -

Histoire : Le Bouddhisme a très tôt été implanté au Sri-Lanka. Vers le Xè siècle, il y a été réformé dans une volonté de "retour aux sources", puis a été transmis à la Thaïlande, à la Birmanie et au reste de l'Asie du Sud-Est.

Principaux textes canoniques : Textes les plus anciens, Tipitaka (triple corbeille), dit "canon Pali", contenant le Vinaya Pitaka (règles monastiques), Sutta Pitaka (discours de Bouddha) et le Abidhamma pitaka (synthèse philosophique et psychologique).

Caractéristiques : Très fort accent sur l'orthodoxie ancienne, sur la vie monastique et sur la méditation. Les moines du Theravada sont reconnaissables à leur Kasaya (robe monastique) de couleur ocre/orange.


Tradition sino-japonaise

Répartition géographique : Chine, Japon, reste de l'Asie extrême-Orientale (Taïwan, Corée, Vietnam).

École(s) : Terre Pure, Chan/Zen, autres écoles japonnaises

Nikaya/Vinaya : Dharmaguptaka

Véhicule/Yana revendiqué : Mahayana, "grand véhicule", supérieur au "Hinayana", c'est à dire aux enseignements anciens.

Histoire : Le Bouddhisme s'implante en Chine dès le début de notre ère et y connaît de forte influences confucianistes et taoïstes. Il est ensuite transmis au Japon ou il connaît de grands développements en s'implantant profondément dans la culture et en se mêlant aux croyances locales.

Principaux textes canoniques : Sutra du Mahayana (sutra du Lotus, sutra du Coeur, etc), tantôt exposant la doctrine de la transcendance de Bouddha, tantôt narrant des récits mythiques faisant intervenir d'innombrables dieux, bodhisattvas et bouddhas.

Caractéristiques : Essentiellement axé sur la pratique, soit votive (dans les courants de la Terre-Pure et de Nichiren) soit méditative (Chan/Zen). Tradition souvent simplifié et épuré, réduisant le rôle des moines.


Tradition Tibétaine

Répartition géographique : Tibet et reste de la région Himalayenne (Népal, Bhoutan), Mongolie

École(s) : Bouddhisme tantrique

Nikaya/Vinaya : Mulasarvastivada

Véhicule/Yana revendiqué : Vajrayana (véhicule de foudre/de diamant), véhicule supérieur dont le Mahayana et le Hinayana ne seraient que des étapes.

Histoire : Le Tibet connaît deux grandes périodes de développement du Bouddhisme, le VIIè siècle et le XIè~XIIè siècle. Il adopte donc la forme la plus tardive du Bouddhisme indien, très influencé par l'Hindouisme et sur le point de s'y fondre.
Cette tradition s'opposera souvent au bouddhisme chinois, notamment au Chan. Les souverains Sino-Mongoles adopteront cette tradition et l'importeront en Mongolie.

Principaux textes canoniques : Tripitaka, Sutra du Mahayana, Tantra (notamment le Tantra de Kalachakra, "roue du temps") transmettant un enseignement ésotérique.

Caractéristiques : Ordres monastiques très hiérarchisés et divisés en de nombreuses lignés initiatiques. Ésotérisme, panthéon très large, profusions de mythes, de symboles et de rituels. Pratiques méditatives et votives très élaborés, impliquant de complexes visualisations.
Les moines de cette tradition sont reconnaissables à leur kasaya de couleur pourpre/rouge sombre et or/jaune.



Autres régions bouddhistes :

En Inde : Le Bouddhisme, absorbé par l'Hindouisme vers le XVè siècle commence à s'y réimplanter par différentes voies.
Par le "haut" de la société : Les intellectuels, confronté à l'intérêt des chercheurs occidentaux, prennent conscience de la richesse de leur héritage bouddhiste et tentent de le réanimer.
Par le "bas" de la société : Chez les dalit, sans-castes intouchables, le bouddhisme se répands et se présente comme un affranchissement d'une religion oppressante pour eux.
Par les "cotés" : L'Inde reste en contact avec les autres traditions bouddhistes via les pèlerins et les immigrés. Le Gouvernement Tibétain en exile est notamment installé à Darshala, au Nord de l'Inde.

En occident : Depuis le XVII siècle les textes bouddhistes sont traduit et étudié. Ils ont eu une forte influence dans la pensée savante (chez Schopenhauer et Nietzsche, notamment) et populaire (dans le New Age et différent courant orientaliste).
Le Bouddhisme est désormais profondément implanté en Europe et en Amérique, notamment le Zen (par l'influence des arts martiaux) et le bouddhisme tantrique tibétain (par l'influence du XIVè Dalaï Lama).
La méditation bouddhiste connaît elle aussi un grande pérennité en occident et commence à être étudié scientifiquement et utilisé à des fins thérapeutiques.

Voir le profil de l'utilisateur http://lesgrandesquestions.forumactif.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum