les grandes questions

Forum de réflexion philosophique et de débat inter-religieux


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Shamata et bases de la méditation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Shamata et bases de la méditation le Dim 24 Fév - 12:49

Voici une présentation extérieure -accompagnée de quelques conseils pratiques- de la méditation shamata. Néanmoins, je suis très loin d'être un maître qualifié, aussi, il ne faut pas s'abuser en croyant que ce post transmet tout le nécessaire à une pratique correcte, tout au plus donne-t-il une vague ligne directrice.

Le Shamata est le "calme d'esprit". Il s'agit de l'ensemble des premières techniques enseignés aux moines bouddhistes traditionnels.

Il existe de très nombreuses formes de shamata : en position du lotus ou en marchant, avec ou sans objet, avec différents objets ou visualisations, etc.
Je ne vais donner ici qu'une idée générale de la base de cette pratique.


Tout d'abord, la position. Traditionnellement, il faut être en position du lotus (vajrasana, "posture adamantine")... Si comme moi vous êtes aussi souple qu'un spaghetti qu'on aurait mis au congélateur au lieu de le faire cuire, être assis en tailleur (demi-lotus, sukhasana, "posture heureuse") fait parfaitement l'affaire.
Le dos doit être droit ; les mains entre les jambes, ouvertes, paumes vers le haut, la droite posé sur la gauche (ou bien posé à plat sur les genou, paumes vers le bas) ; le menton très légèrement rentré ; le bout de la langue contre le palais ; les yeux... grands ouverts ou mis-clos, le regard droit ou légèrement incliné, tout dépend des problèmes auxquels on est confronté.

Il y a évidemment des tonnes d'autres positions possibles... L'essentielle est de trouver une posture qui n'est ni trop difficile à tenir, ni trop relâché.


L'objet de méditation est ce sur quoi l'on se concentre. Il est bien sûr possible de méditer sans objet mais contrairement à ce que les débutants peuvent avoir tendance à croire, c'est bien plus difficile. Il est plus aisé de garder sa concentration lorsqu'elle est fermement attaché à quelque chose que lorsqu'elle est dirigé dans le vide...
L'objet de méditation peut être une visualisation de Bouddha, une prière, un mantra, un mandala ou une divinité protectrice ; mais on choisit le plus souvent la simple respiration.

D'après certaines écoles il faut se concentrer sur la respiration toute entière, d'après d'autre sur l'inspiration seul, sur l'expiration, ou encore sur l'instant entre chaque expiration ou inspiration... Quoi qu'il en soit, il faut garder son attention toute entière sur l'objet de méditation choisi (en l'occurence, le souffle).

Bien sûr, le souffle va changer légèrement de lui même durant l'exercice... mais il ne faut pas faire d'effort pour le modifier volontairement. Il faut uniquement continuer à respirer normalement, et prendre conscience de notre respiration.


L'un des points les plus important de la méditation est la vigilance (j'ai oublié les noms sanskrits et pali). Durant la méditation, des pensées, des envies, des intentions et d'innombrables autres obstacles vont apparaître, sans être le fruit de la volonté du méditant.
Leur apparition est inévitable... "Forcer" leur absence est inutilement difficile et épuisant. Il suffit de rester vigilant sur ce que l'on est en train de faire, à savoir, méditer.

Lorsqu'une pensée ou une envie apparaît, il faut simplement la laisser se dissiper toute seule et ne pas lui accorder d'importance. Une image fréquemment utilisé par les maîtres de méditation est que la conscience est comme le ciel bleu... et que les pensées et les envies passagères ne sont que des nuages.
Il faut prendre note de leur présence sans se laisser entraîner par eux, il ne faut pas se dire "je pense, il faut que j'arrête" mais plutôt "une pensée est là, laissons la passer son chemin". Bon, évidemment, le mieux est de ne rien se dire du tout, mais ce n'est qu'un exemple pour montrer l'attitude à adopter.


D'autres obstacles plus gênant sont susceptibles de se manifester.
Le méditant novice est susceptible d'être pris de torpeur, de fatigue et d'être tiré vers le sommeil... Ou au contraire, il peut être pris d'agitation, commencer à s'ennuyer, avoir envie de bouger, etc.

La première chose à faire est de prendre conscience de cette torpeur ou de cette agitation. Il est ensuite assez simple de s'y adapter.

Pour lutter contre la torpeur, il est conseiller d'ouvrir les yeux plus grand, de diriger le regard légèrement vers le haut, et éventuellement de choisir une posture plus difficile.

Contre l'agitation, à l'inverse, il est conseiller de garder les yeux mi-clos, d'abaisser le regard, et si nécessaire d'adopter une position plus détendue.

Voir le profil de l'utilisateur http://lesgrandesquestions.forumactif.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum