les grandes questions

Forum de réflexion philosophique et de débat inter-religieux


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La morale chez Schopenhauer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 La morale chez Schopenhauer le Sam 23 Fév - 10:32

Je ne sais pas si vous êtes familier à Schopenhauer et à son œuvre maîtresse, "le monde comme volonté et comme représentation"... Si ce n'est pas le cas, et bien c'est un philosophe allemand du XVIII~XIX siècle, connu pour être le plus parfait exemple de pessimisme en philosophie.


Il a aussi le mérite d'avoir justifier la morale sans faire appel à Dieu ou au "bien". Pour lui, nous sommes tous animé par la volonté. Pas la nôtre, bien sûr... il n'y a pas de "volonté individuelle" et il ne peut pas y en avoir, puisque l'individu n'est qu'une illusion désignant une succession d'états mentaux.
Cette volonté est un vouloir-vivre et un vouloir-exister qui se fiche totalement de notre bonheur. Elle n'est rien d'autre qu'un mécanisme de survie de l'espèce, est aveugle et n'est jamais satisfaite.
Cette volonté ne nous apporte que malheur et souffrance...

Il y a, selon Schopenauer, trois manière de lui échapper : l'esthétique, la morale et l'ascèse, la morale étant la méthode reine.

Le coeur de la morale est la pitié, la compassion envers le malheur de tous les autres êtres, soumis à la volonté aveugle. Agir de manière altruiste et penser aux autres avant de penser à soi-même est la meilleure manière d'aller à contre-courant de la volonté égoïste.

Qu'en pensez vous ?

Voir le profil de l'utilisateur http://lesgrandesquestions.forumactif.org

2 Re: La morale chez Schopenhauer le Sam 23 Fév - 11:00

Je pense que le terme "morale" est mal choisie... ou le sens a évolué depuis les travaux de Schopenhauer.
Quand on me dit "morale", je pense à un corpus de règles, souvent contraignantes, parfois stupides, qui découlent d'un raisonnement abstrait (la dignité, par ex)voire d'un argument d'autorité (livres sacrés, règles sociales).
J'utiliserais plutôt le terme d'altruisme tout court pour désigner son idée. Encore qu'il y a une logique d'avantage à être attentionné: il est plus facile pour bien vivre de s'entendre avec les gens que de leur être hostile.
Qu'entend Schopenhauer par "l’esthétisme"? scratch

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: La morale chez Schopenhauer le Sam 23 Fév - 11:26

Le mot "morale" désigne les règles de conduite en société, qui sont, dans notre monde bercé par le christianisme, profondément lié à l'altruisme, à l'amour universel, au pardon, etc.

La morale s'oppose à l'éthique dans la mesure ou elle se veut universelle et inconditionnelle alors que l'éthique est une réflexion sur le meilleure et le pire dans un contexte donné.
Mais malgré le fait que les idées de Schopenhauer soient réfléchie, il ne présente pas une réflexion éthique, ce qu'il fait est bel et bien une justification de la morale puisque dans son système la volonté et les moyens d'y échapper sont communs à tous les hommes.

Encore qu'il y a une logique d'avantage à être attentionné: il est plus facile pour bien vivre de s'entendre avec les gens que de leur être hostile.
Et bien, en restant dans les idées de notre allemand pessimiste, si tu te comporte moralement par intérêt et pour facilité ta vie en société, c'est encore une fois la volonté qui t'anime... et tous tes efforts sont inutiles.

Qu'entend Schopenhauer par "l’esthétisme"? scratch
Avoir une attitude esthétique consiste à s'ouvrir aux sensations tels quels sont, en faisant abstraction de soi-même et de ses intérêts.

Par exemple, lorsque tu vois une chaise, tu vois un endroit où t’asseoir. Avec une attitude esthétique, tu vois des formes et des couleurs...
En regardant le monde de cette façon plutôt qu'à travers nos intérêts, nous laissons glisser sur nous la volonté aveugle et mécanique de l'espèce.

En outre, celui qui est capable d'une véritable attitude esthétique peut faire preuve de génie artistique et ainsi créer lui-même de la réalité là dans un monde qui lui est intérieur, à la place des illusions du voile de Maya (causalité, espace, temps, individualité) qui règnent sur le monde extérieur.
La pensée traditionnelle justifie s'invente un Dieu et donne ainsi au monde une raison d'être. Chez Schopenhauer le monde en est privé et est donc rendu vide de sens... Mais le génie a le pouvoir de se substituer à Dieu et créer des œuvres dans lesquels chaque chose ont une raison d'être.


Seulement, être un véritable artiste n'est pas à la porté de tout le monde... C'est pourquoi la morale, la pitié donc, est une bien meilleure solution.

Tout ça d'après Schopenhauer, toujours.

Voir le profil de l'utilisateur http://lesgrandesquestions.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum